Sous le choc, sol liquéfié !

Partagez l'article

Vivant・Santé

Sous le choc, sol liquéfié !

Coupelle Casagrande

Nous vous invitons ici à découvrir un instrument scientifique, témoin d’une évolution technologique ou d’une pratique de laboratoire : un objet utilisé en son temps comme matériel de recherche ou outil d’enseignement.

Par l’équipe Exploreur.

La coupelle de Casagrande, ou « coupelle à chocs », permet de déterminer la teneur en eau d'un sol, correspondant à la limite de liquidité du dit sol.

Elle est composée d'une base en bois, d'une coupelle lisse amovible à hauteur de chute réglable, d'un couteau pour faire la rainure, d'un compteur de coups, d’une manivelle et d’un arbre à came pour le battage par rotation.

Coupelle Casagrande
Coupelle de Casagrande – M&O, 1975 – 2000, INRA.002 © Droits réservés UT-PATSTEC.

Compter les chocs

Le principe consiste à remplir la coupelle de terre, de réaliser une rainure au centre - marquée dans le fond de la coupelle - et de faire tourner la manivelle, donc taper la coupelle sur le socle en bois. Au fur et à mesure, l'eau constitutive du sol se connecte et "liquéfie" le sol. Lorsque les deux bords de l'échantillon se rejoignent, la teneur en eau peut être déterminée en se reportant à un abaque et par rapport au nombre de coups donné.

Utilisée principalement dans les laboratoires d'analyse de sols à la fin du XXe siècle, aujourd'hui, un système automatisé a remplacé la manivelle.

Instrument retrouvé dans les locaux du laboratoire Agroécologie, innovations et territoires (AGIR - INRA, Toulouse INP-ENSAT, Toulouse INP-PURPAN, ENSFEA), et inventorié par la mission de sauvegarde du Patrimoine scientifique et technique contemporain (PATSTEC) Occitanie Ouest de l’Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées.

Détail coupelle Casagrande
Couteau à rainure de la coupelle de Casagrande – M&O, 1975 – 2000, INRA.002 © Droits réservés UT-PATSTEC.