La PCR contre l’effet de serre

Partagez l'article

Vivant・Santé

La PCR contre l’effet de serre

plateau demo pcr

Comment fabriquer une bactérie qui pourrait consommer le CO2 afin de lutter contre les gaz à effet de serre ? Avec une PCR (Polymerase Chain Reaction) ! Cette même technique bien précieuse pour la détection de la COVID-19 est utilisée par Stéphanie Heux, Denis Jallet et Claudia Vicente, chercheurs INRAE. Explications.

Cet article fait partie du dossier

La Nuit européenne des chercheur·e·s

Lire le dossier

 

Stéphanie Heux, Denis Jallet et Claudia Vicente sont chercheurs INRAE (Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement), au sein du Toulouse Biotechnology Institute, Bio & Chemical Engineering - TBI (CNRS, INSA, INRAE). Accompagnés dans la vidéo par Sophie Yvon, enseignante-chercheure à Toulouse INP-PURPAN et médiatrice scientifique.

 

Par Lucas Cousinet et Hélène Pierre, de l’équipe Exploreur.

 

Dans la série Plateau Démo réalisée dans le cadre de La Nuit européenne des Chercheur·e·s 2021 d'Albi-Toulouse, des chercheurs de différentes disciplines passent du labo au plateau de tournage et invitent le public à découvrir en vidéos leurs démos, manips ou expériences.

Stéphanie Heux, Denis Jallet et Claudia Vicente utilisent la PCR - Polymerase Chain Reaction - dans leurs recherches. Cette technique dont on a beaucoup entendu parler dans le cadre de la détection de la COVID 19, permet d’amplifier en grande quantité un fragment d’ADN afin de l’étudier. Elle est couramment utilisée de nombreux domaines : en médecine pour diagnostiquer des infections virales comme la COVID mais aussi des cancers ; dans l’agroalimentaire pour identifier des variétés ou des espèces végétales et animales ; et même en histoire pour l’étude de l’évolution des organismes préhistoriques à partir de squelettes fossiles.

Stéphanie Heux, Denis Jallet et Claudia Vicente cherchent à fabriquer une bactérie qui pourrait consommer le CO2 pour lutter contre les gaz à effet de serre. Contrairement à la plante, la bactérie qu’ils manipulent ne sait pas consommer le CO2 car elle ne contient pas cette information dans son ADN. L’équipe récupère cette fonction de la plante grâce à la PCR et la transfère dans la bactérie. Ensuite, la PCR leur permet aussi de vérifier si la bactérie a bien intégré cette nouvelle information dans son ADN.

 

Plateau démo - La PCR contre l'effet de serre
© UFTMiP