Sonia Rousse, voyage dans le passé avec le champ magnétique terrestre

Partagez l'article

Terre・Espace

Sonia Rousse, voyage dans le passé avec le champ magnétique terrestre

Sonia Rousse VAUM

Seule l’étude du champ magnétique permet de remonter aux origines de la Terre et de raconter son histoire jusqu’à nos jours. Les traces de ce paléomagnétisme se trouvent dans les roches qui au moment de leur refroidissement conservent l’empreinte du champ magnétique.

Cet article fait partie du dossier

La Nuit européenne des chercheur·e·s

Lire le dossier

 

Vous avez un message est une série de vidéos où des chercheurs répondent aux questions que vous vous posez sur leur recherches. Pour cette première édition, une paléomagnéticienne, un ingénieur, une spécialiste en intelligence artificielle, une chimiste se prêtent au jeu des questions-réponses. Cette vidéo a été tournée dans le cadre de la programmation de La Nuit européenne des Chercheur·e·s 2021 d'Albi-Toulouse. Propos recueillis par Anne-Claire Jolivet et Lucas Cousinet. Production : UFTMiP. Réalisation et montage : studio Hipolito. Tournée au Quai des Savoirs, juin 2021.

 

Par Lucas Cousinet et Anne-Claire Jolivet, de l'équipe Exploreur.

 

Sonia Rousse est chercheuse à l'Institut de recherche pour le développement (IRD) au laboratoire Géoscience et Environnement Toulouse (GET-OMP).

 

Morceaux choisis 

Paléomagnéticienne, est-ce que vous êtes une magicienne qui remonte jusqu’au temps des dinosaures ?

« Oui je remonte jusqu’au temps des dinosaures voire encore beaucoup plus en amont que les dinosaures. Être paléomagnéticienne, c’est observer le champ magnétique terrestre à l’échelle des temps géologiques, observer et écrire l’histoire de la Terre à l’échelle des temps géologiques et ce même jusqu’à aujourd’hui. »

 

Vous étudiez le précambrien pour comprendre l’origine de la vie ?

« Oui, j’étudie le précambrien, entre autres, pour comprendre l’origine de la vie. C’est une période qui voit d’immenses bouleversements sur notre planète. Je me concentre principalement sur la fin du précambrien où on va avoir une tectonique des plaques qui se met en place tel qu’on la connaît aujourd’hui. C'est-à-dire avec des cycles de supercontinents, où on va avoir une amalgamation des continents tous ensemble pour former un super continent puis leur dislocation. On va avoir également l’explosion de la vie avec la faune édiacarienne, il y a 580 millions d'années, et l’apparition des organismes multicellulaires. La fin du précambrien c’est vraiment la période qui va détenir les clefs de la planète telle qu’on la connaît aujourd’hui. Et pour nous magnéticiens, c’est aussi une période fascinante parce que c’est à cette période que le champ magnétique va se stabiliser, va acquérir sa forme dipolaire actuelle qu’il n’avait probablement pas avant. » 

 

Si le champ magnétique s’inverse, est-ce que tous les animaux et nos boussoles vont perdre le Nord ?

« Alors oui, elles vont perdre le Nord. Enfin, elles vont trouver un nouveau Nord. Par contre, il n’a pas été trouvé de lien réel entre les extinctions majeures des espèces et les inversions du champ magnétique qui sont un phénomène très courant dans l’histoire de notre planète. Pourtant, de nos jours certains oiseaux, des oiseaux migrateurs par exemple ou des espèces marines s’orientent grâce au champ magnétique. Cependant, comme la durée d’une inversion est un phénomène long à l'échelle des espèces, l’adaptation de la vie fait que cela n'entraîne pas d'événements majeurs sur ces espèces. »