Les bactéries lactiques, nos meilleures amies

Partagez l'article

Vivant・Santé

Les bactéries lactiques, nos meilleures amies

Microbiologiste et Rubik's Cube

Entre une partie de Rubik’s Cube et l’analyse de bactéries lactiques, le cœur de la microbiologiste Marie-Line Daveran-Mingot balance… Ça tombe bien, les interactions et combinaisons entre bactéries peuvent être tout aussi colorées et amusantes qu’une partie de Rubik’s Cube.

La série Les deux font la paire met en scène des couples insolites… Un.e scientifique et un objet du quotidien. Découvrez pourquoi ils se sont choisis...

 

rubik's cube

Zoom sur l’objet

Marie-Line Daveran-Mingot a choisi un Rubik’s Cube pour illustrer ses travaux de recherche. Avec ses facettes aux couleurs variées et ses multiples combinaisons, ce jouet symbolise pour la chercheuse la grande variété de bactéries qui nous entourent et l’infinité d’interactions qu’elles ont entre elles !

 

microbiologiste et rubik's cube

Zoom sur la science

Marie-Line Daveran-Mingot s’amuse à se qualifier de microbiologiste « positive ». Si dans l'inconscient collectif les bactéries sont vues comme des micro-organismes souvent pathogènes et néfastes à notre santé, la chercheuse s’intéresse aux bactéries dites « positives » qui composent notre environnement et jouent un rôle crucial dans nos vies.

Ces bactéries sont utiles à l'homme à plusieurs égards. Par exemple, elles interviennent dans le processus de fermentation qui permet la conservation et le développement des arômes de certains aliments. C’est grâce à elles - les ferments en particulier - que nos yaourts et fromages préférés ont si bon goût, sont onctueux ou bien crémeux. D’autres - les bactéries probiotiques - sont source de bienfaits pour notre santé. Et ceci, grâce à leur capacité à interagir avec notre système immunitaire ou même notre cerveau, via la production de substances particulières, comme par exemple un neurotransmetteur appelé GABA (pour « acide gamma-aminobutyrique »), capable de diminuer l'anxiété et ayant un effet anti-douleur.

Marie-Line scrute ces micro-organismes, les identifie, observe leur comportement et les combine afin de booster et augmenter les interactions positives, construire de nouveaux aliments, comme les combinaisons du Rubik’s Cube !

 

  • Les bactéries, c’est mauvais pour la santé ? Non, il y a des bactéries « positives » et bonnes pour notre santé, comme les probiotiques qui interagissent avec notre système immunitaire. D'autres, comme les bactéries lactiques, permettent, grâce à la fermentation, de façonner les aliments, les rendant ainsi plus digestes et assurant leur préservation. Pour cela, elles s'associent et coopèrent créant de véritables chaînes de production à l'efficacité redoutable. On les connait bien pour leur implication dans la fabrication des fromages. Mais elles sont aussi capables de fermenter des végétaux pour créer de nouveaux aliments aux valeurs nutritionnelles et au goût intéressants. Les bactéries lactiques, amies des fans de fromages et des menus végans !

 

 

Marie-Line Daveran-Mingot est enseignante-chercheuse en microbiologie à l’Université Toulouse III - Paul Sabatier et au sein du laboratoire Toulouse Biotechnology Institute (TBI – INSA, INRAE, CNRS).

Les deux font la paire est une coproduction Exploreur (Hélène Pierre, Justine Mingot et Sofian Charaabi) - Campus FM (François Berchenko et Antoine Riou). Photos : Sébastien Chastanet, Observatoire Midi-Pyrénées. Réalisé dans le cadre de La Nuit européenne des chercheur·e·s.