Alimen’terre mon cher Watson !

Partagez l'article

Terre・Espace

Alimen’terre mon cher Watson !

produits locaux

En quoi culture et agriculture se lient pour des territoires ruraux en bonne santé ? Les produits locaux participent au dynamisme culturel, économique, social et à la qualité environnementale de nos campagnes… qui impactent les villes voisines et les citadins bien au-delà de leurs assiettes… Mikaël Akimowicz, économiste et ingénieur agronome, explique le rôle important, et parfois sous-estimé, des territoires ruraux.

La série Les deux font la paire met en scène des couples insolites… Un.e scientifique et un objet du quotidien. Découvrez pourquoi ils se sont choisis...

 

produits locaux

Zoom sur l’objet

Mikaël Akimowicz n’a pas choisi qu’un seul objet pour évoquer son sujet de recherche, mais un panier bien garni ! De l’ail blanc de Lomagne, une bière locale, du miel, ainsi qu'un sécateur…

À travers ces produits du terroir, l’économiste souligne la dimension culturelle derrière l’agriculture, le savoir-faire contenu dans ces produits du patrimoine local et la connaissance de la terre, parfois négligée voire oubliée, des agriculteurs.

Cette richesse est peu reconnue dans le système économique actuel qui a des conséquences néfastes sur l’environnement naturel et social. Il conduit à des modes d’exploitation extractifs qui appauvrissent les sols et la biodiversité et placent de nombreux producteurs et agriculteurs en situation de précarité financière et psychologique.

 

produits locaux

Zoom sur la science

Spécialiste du développement rural, Mikaël Akimowicz s’engage dans une démarche de recherche-action interdisciplinaire entre économie, géographie, anthropologie et agronomie, combinant approche théorique et étude sur le terrain. Le chercheur ne fait pas qu’observer et analyser, mais accompagne aussi les initiatives des acteurs ruraux. Ensemble, ils testent des alternatives possibles, afin d’identifier des solutions concrètes aux difficultés majeures auxquelles les territoires sont confrontés.

La stratégie mise en œuvre est de valoriser les spécificités culturelles des territoires et coordonner les acteurs locaux pour favoriser une innovation territorialisée. Sur le plan environnemental, par exemple, une meilleure prise en compte de la qualité des sols ruraux limiterait le risque d’inondations sur tout un territoire (campagne et villes adjacentes), favoriserait la préservation de la biodiversité et garantirait une alimentation saine et durable à toute la population. Cette double dynamique culturelle et agriculturelle inscrit ainsi les territoires ruraux comme acteurs clés face aux enjeux du changement climatique.

 

  • À la santé des brasseurs et de leur territoire ! Mikaël Akimowicz co-pilote notamment un projet ayant pour objectif de contribuer à la structuration de la filière brassicole et offrir des opportunités de valorisation agricole et touristique dans le Gers. Cette filière se construit autour de valeurs, comme la préservation de l’environnement et la protection du patrimoine culturel local. Le projet CAMRA (action collective dans le secteur des microbrasseries pour l’autonomie rurale) étudie les critères de qualité de la bière locale recherchés par les consommateurs et interroge les parcours individuels des brasseurs pour une mise en récit facteur de différenciation de la bière gersoise.

 

 

Mikaël Akimowicz est enseignant-chercheur en développement rural à l’Université Toulouse III - Paul Sabatier, au sein du laboratoire d’étude et de recherche sur l’économie, les politiques et les systèmes sociaux (LEREPS - IEP Toulouse, ENSFEA, Université Toulouse I - Capitole, Université Toulouse II - Jean Jaurès, Université Toulouse III - Paul Sabatier).

Les deux font la paire est une coproduction Exploreur (Hélène Pierre, Justine Mingot et Sofian Charaabi) - Campus FM (François Berchenko et Antoine Riou). Photos : Sébastien Chastanet, Observatoire Midi-Pyrénées. Réalisé dans le cadre de La Nuit européenne des chercheur·e·s.